La Vie,  en tant qu’essence, principe de tout ce qui est, nous a offert,  l’océan et son sel, sa faune et sa flore qui nous nourrissent souvent.

Elle nous a offert les forêts, pour nous fournir de l’oxygène, des champignons, des baies et autres végétaux comestibles.

Des montagnes et des sources d’eau pure, pour nous désaltérer.

Elle nous a offert des printemps colorés, pour nous émerveiller, des étés pour nous réchauffer et savourer les fruits printaniers devenus mature, des automnes pluvieux  pour renouveler sans cesse notre besoin d’eau douce, et des hivers pour nous reposer, nous repenser.

La liste de ses présents est illimitée.

Elle nous a offert l’abondance en toute choses et de la faire vivre à l’infini.

Nous arrive-t-il d’y penser vraiment ?

Sans rien entreprendre, tout était déjà à notre disposition.

Elle nous a offert des matins à renaître, à réinventer nos existences, des soirs pour faire le point sur ce que nous voulons garder et ce que nous voulons lâcher.

La Vie en tant qu’essence, a tout pensé à la perfection, il n’est qu’à observer le moindre brin d’herbe, le moindre être vivant pour s’en convaincre.

Chaque individu est doté d’un corps absolument parfait de fonctionnement, qu’il soit voué à se métamorphoser comme la chenille, à muer comme le serpent et bien d’autres, ou à simplement évoluer dans le temps comme le nôtre.

Nous l’avons oublié et traitons souvent notre corps comme un valet dont nous serions le mauvais maître.

Nous n’admirons pas sa merveille de fonctionnement, nous l’assujettissons et exigeons de lui tout et n’importe quoi, sans le moindre respect de ses besoins essentiels le plus souvent.

Nous le mal-aimons. Nous lui reprochons de manquer ceci, d’avoir trop de cela…

Elle nous a offert en observation tous les modèles d’organisation, de la fourmilière au rucher, d’une meute de loups  au banc de dauphins, des groupes d’oiseaux sédentaires aux migrateurs.

Elle nous a offert la possibilité de choisir  parmi les modèles existants, de nous en inspirer ou d’en créer de nouveaux.

Cela semble rien et pourtant, y pensons-nous seulement parfois ?

Si nous nous arrêtons le temps d’un instant en nous rappelant : « j’ai la possibilité de créer » ?

N’est-ce pas fantastique ?

Créer quoi ? Tout.

Tout ce que nous voulons, des pensées, des objets petits ou grands, des rêves, du tangible, de l’intangible, jusqu’à nos existences.

Créer, à l’infini.

Qu’apportons-nous vraiment à nos existences, au groupe d’humains dont nous faisons partie ?

Que créons-nous ?

Comment nourrissons-nous la Vie chaque jour ?

Que lui offrons-nous ?

 

 

Angélica Mary

Auteur de l’illustration – Inconnu

 

Pin It on Pinterest