Je me sens « une » de plus en plus, profondément. Etrange et délicieuse sensation. 

Confusément, parfois, je ressens le besoin d’être seule, dans le silence. J’écoute cette injonction silencieuse au fond de moi. Je l’accepte sans condition.  Je fuis la foule et j’observe ce qui se produit en moi, tout autour de moi.

Tout me semble identique et différent à la fois sans que je puisse dire en quoi.

Rien de fracassant, juste un sentiment de paix de plus en plus grand.  Une sensation qui relève du subtil, pleine de douceur, intérieure extérieure tout pareillement.

Sans doute suis-je en train de toucher par l’expérience le sens plein et entier de l’effet miroir. Le monde nous reflète. Ce que je vois à l’extérieur est ce qui se passe en moi. Tout est plus doux, plus beau, plus net, plus simple, plus vrai.

Je pose des actes et m’abandonne à la vie. Je ne m’accroche pas au résultat, ne l’attends pas. Je vis. Le résultat sera tel qu’il doit être. Si ce pour quoi j’ai oeuvré ne survient pas, ce ne sera pas pour laisser la place à plus grand ou plus beau. Ce sera pour permettre que survienne ce qui est parfaitement juste, ou ajusté à ce que je suis, là, maintenant. 

Mon être incarné réalise les tâches qui lui incombent et « passe la main » à cette part de moi immatérielle, qui sait. 

Ainsi, chaque jour, je me sens plus libre à la façon d’un nuage qui se laisse pousser par le vent sans crainte de sa destination. 

Nous créons à longueur de temps, à longueur de pensées, de mots.

C’est donc en se tournant vers soi, vers ce quoi nous voulons tendre, que nous créons la Vie autour de nous telle que nous la voulons. 

Alors notre monde immédiat commence à se modifier. C’est à la fois long et soudain. Parfois cela nous surprend en plein élan, d’autres fois le chemin semble interminable. Le temps n’existe pas. Il n’est d’autre chemin que soi.

Alors en cette fin d’année, je n’ai qu’un vœu à formuler pour moi-même :  Que chaque jour augmente mon acuité, ma conscience d’être au-delà de ma dimension terrestre perceptible, pour exprimer pleinement mon unicité et offrir le meilleur de  ce que je peux manifester au monde.

Pour le monde, pour vous qui me lisez, mon vœu est que chacun cesse de chercher l’ennemi au-dehors de lui autant qu’en lui-même. Tout ce que nous rencontrons est là pour nous aider à nous rapprocher de nous-même, pour nous amener à comprendre nos fonctionnements, les parfaire.

Tout est expérience pour nous guider vers l’essence de nous-même.

Plutôt que de dire « je ne veux plus » …. Dire et penser «  je me libère de ….. » 

Accueillir qu’on ne se libère jamais de manière utile et  pérenne de quiconque ou de quoi que ce soit en le rejetant, en le critiquant.  On ne chasse pas le vent. On l’empêche d’entrer en fermant portes et  fenêtres. La seule libération possible est celle de nous affranchir de nos comportements, de nos peurs. Apprendre,  accueillir tout ce qui survient comme une opportunité exceptionnelle de  nous dévoiler à nous-même une part de nous que nous ignorons. Un fonctionnement qui nous mène dans la direction opposée à celle que nous souhaitons pourtant, sans comprendre pourquoi et comment.  

Pour une vie plus en accord avec soi-même, pour un monde qui nous sourit, il convient de se changer de l’intérieur et de sourire au monde.

Je vous souhaite de tout cœur, d’être chaque jour empli de bienveillance envers vous-même, de vous accorder tout le temps nécessaire à écouter votre monde intérieur, à le fleurir, le chérir, afin que demain le monde autour soit empreint de paix et de joie.

Laissons chacun s’occuper de cultiver son jardin et concentrons-nous sur la beauté du nôtre pour le répandre tout autour. Construisons chaque jour, chaque instant, par nos pensées, nos mots, nos actes, la vie que nous nous souhaitons.

Texte et photo – Angélica Mary

Pin It on Pinterest