Quelle que soit l’épaisseur et la noirceur des nuages, au-dessus d’eux le ciel reste limpide et le la lumière resplendit.

Quelle est donc la réalité ? Le couche de nuages ou le ciel bleu ?

De même du silence toujours présent derrière le bruit.

L’adversité, pas plus que les nuages, ne suffit à éteindre la lumière. Elle l’occulte seulement.

Quand tout paraît sombre, chaotique,  nous pouvons toujours choisir de prendre un peu de distance, de hauteur,  pour la retrouver dans toute sa splendeur.

Nous rappeler qu’une réalité peut en cacher une autre.

Les nuages passent, le bruit cesse. Il en va de même de l’adversité et du chaos cependant que la lumière et le silence sont immuables.

Au fil du temps, que reste-t-il de nos tracas, des choses supposément importantes de nos éphémères existences ?

Rien assurément. Ces réalités qui appartiennent à nos êtres de chair, et nos êtres de chair eux-mêmes, telles les couches de nuages, s’évanouiront sans laisser de trace.

Il restera alors le silence et à la lumière, ultime réalité de notre infinitude.

Texte et photo – Angélica Mary.

Pin It on Pinterest