Chaque  instant est infiniment précieux.

Le dire, le lire, le comprendre même, est une chose. Le sentir au plus profond de soi change tout. 

Un peu comme si soudain, toutes les couleurs qui nous entourent étaient plus vivent, plus nettes.

Notre réalité devient irrémédiablement autre.

Pour faire cette expérience et celle « d’être » vraiment, il nous faut accueillir notre mortalité qui est illusion. Elle est bien réelle en ce qui concerne nos corps si l’on excepte qu’ils se recycleront pour produire à nouveau de la vie sous une autre forme.

Il reste que notre vie d’humain est un passage, dont nous ignorons la durée. 

C’est en cela que chaque instant est infiniment précieux. 

Cependant, nous sommes tellement dans l’évitement, face à l’idée même de notre fin terrestre, que nous fuyons la vie sans nous en rendre compte. 

Pourquoi faire ce qui nous anime au plus profond de nous aujourd’hui alors que  nous pourrons le faire demain, ou après demain ?

Nous savons qu’il s’agit d’un mensonge qu’on se fait à soi-même sans même le formuler.

Nous appelons « vivre »  nous agiter en tout sens sans prendre un instant le temps de goûter ce que nous traversons les yeux fermés et tous nos sens endormis. Nous sortons accablés, déboussolés, de chaque journée dont nous peinons parfois à nous rappeler de quoi elles furent remplies et plus encore.

Nous ne trouvons aucun sens à notre vie mais qu’importe, nous faisons encore et encore, ceci ou cela…. 

Tout plutôt que se retrouver face à soi-même et à notre finitude.

Nous attendons désespérément un moment meilleur, une période de l’année plus calme, un week-end, des vacances, la retraite, « pour avoir le temps ».  Celui d’y penser, ou d’oublier encore plus.

Le temps nous l’avons, et nous le redoutons bien souvent. Rien n’est plus précieux, aux yeux d’un grand nombre, que d’en manquer pour se faire croire que nous sommes vivants, alors que nous commençons à vivre véritablement, uniquement quand nous accueillons le temps, vide de toutes occupations actives ou passives. 

Juste demeurer ouvert, attentif aux propositions de la vie.

Alors enfin, nous pouvons jouir de tous nos sens pour vivre pleinement tout ce que la vie nous offre et que nous négligeons le plus souvent.

La vie est une expérience de tous les instants pas un marathon.

Être ne veut pas dire rester assis sur un coussin sans bouger, ni parler. 

Être, Vivre, c’est faire chaque chose, chaque geste, en lui accordant toute notre attention comme à la chose plus précieuse, le geste le plus important de tout. 

C’est savoir que nous respirons, le sentir. C’est être là où nous sommes et considérer chaque instant comme le plus important de tous.

Alors, nous vivons vraiment. 

Texte et photo – Angélica Mary

Pin It on Pinterest