Au fond, Chaque jour, d’instant en instant nous sommes en recherche d’amour.

Que nous appelions cela besoin de reconnaissance, besoin d’exister, d’être vu, entendu, compris, il s’agit toujours d’une tension permanente vers cet insatiable besoin d’être aimés qui nous rend souvent tyranniques, odieux.

Tout l’amour qui nous est offert est aussitôt happé, englouti sans que nous puissions en être jamais rassasiés.

Il nous manque toujours une preuve, un signe, une certitude.

Nous vivons frustrés, déçus, malheureux et répandons autour de nous frustration, déception, chagrin, car nous ne pouvons offrir au monde que ce que nous sommes, que ce que nous vibrons.

Pourtant l’Amour est là, toujours, disponible.

Il nous semble inaccessible car nous sommes séparés  de cette part de nous qui est Amour.

Nous n’avons de cesse de chercher en dehors ce qui est en dedans.

Nulle ne peut nous combler d’amour tant que nous sommes séparés de cette part de nous qui est l’Amour-source.

Quand nous nous arrêtons quelques instants, que nous cessons de courir après la reconnaissance d’autrui, que nous cessons de faire ce que nous croyons « qu’il faut », ou ce que nous croyons « devoir », loin du regard des autres, au creux de notre intimité, que nous nous rejoignons nous-même.

Quand nous sommes là tout entier, présent, attentif à notre respiration, nos sensations, alors nous nous rejoignons.

Alors enfin, nous sommes entier, et faisons l’expérience de la complétude.

Cette complétude nous donne accès à l’Amour-source.

Cette source ne nous remplit pas, elle est nous, nous sommes elle.

Nous sommes l’Amour, nous le vibrons, le rayonnons partout autour.

Tout ce que nous voyons, touchons, faisons en est empreint.

Dans ces moments nous pouvons aimer et accueillir l’amour qui nous est offert, sans peur, sans vouloir se l’approprier,  sans y opposer quelques conditions.

Puis le moment passe.

Mais nous savons désormais que l’Amour est là, à portée de main et que nous pouvons le rejoindre à l’envi.

Alors, pas à pas, nous apprivoiserons cette part de nous qui nous était inconnue ainsi que la perception nouvelle du monde qu’elle nous offre, jusqu’à ce que nous  restions complet de plus en plus longuement, de plus en plus souvent.

Jusqu’à rester toujours présent à cette part de nous qui est le Tout.

Être, c’est Aimer.

Illustration – Ακόμη ζωή – Σκέψεις βλέποντας το Still life του Παπαϊωάννου

 

 

Pin It on Pinterest