Aujourd’hui,  nous vivons dans l’incertitude de demain. Cela a toujours été le cas, sans que nous en ayons conscience. Nous voulions croire qu’aucun événement remarquable ne pouvait venir bouleverser nos vies. Nous voulions croire que nous contrôlions notre devenir.

Il n’en est rien, jamais. C’est une illusion.

La seule chose sur laquelle nous avons une action est l’instant présent, et pour cela il nous faut être là où nous sommes ici et maintenant.

Le futur nous disperse. L’instant nous rassemble, nous centre sur l’essentiel.

L’instant est au-delà de toute suggestion, il est ce qu’il est, tant au niveau des faits que de nos émotions.

L’instant est une sorte de parenthèse, hors du temps qui nous permet de sentir et de choisir en notre conscience du moment.

C’est l’instant qui nous permet d’observer vraiment ce qui se passe en nous, quelles que soient les circonstances extérieures, et nous permet de prendre les décisions en accord avec qui nous sommes à ce moment là.

Le moment présent nous évite l’agitation stérile, la panique induite par des scenarii catastrophe, car si nous voulons tellement contrôler l’avenir, c’est que l’inconnu nous fait peur.

Nous avons une propension à imaginer toujours le pire.

Dans le moment présent, nous sommes là, dans notre verticalité silencieuse et apaisée.

Là, dans notre vérité éphémère et éternelle à la fois.

La peur reflue.

Alors nous disposons de tout l’espace nécessaire à nous abandonner pleinement à ce qui est, l’embrasser tout entier afin de pouvoir choisir et agir en toute sérénité.

Avancer de notre mieux, détaché du résultat.

Car se fixer sur le résultat serait encore une vaine tentative d’anticipation, qui nous éloignerait de l’instant présent et de la faculté d’ «être».

 

Angélica Mary.

Illustration – Yves Klein

Pin It on Pinterest