Les mots sont des graines que l’on sème au vent. 

Qu’ils soient écrits, chantés, pleurés, hurlés, susurrés, ils ensemenceront autour, là où ils tomberont, aujourd’hui ou demain.

Il en sortira des fleurs au parfum délicat, comme les mots doux qui rassurent, les mots amour qui consolent, rendent heureux.

Des fleurs aux couleurs éclatantes, comme les mots joyeux, qui font rire et sourire.

Il y aura des ronciers inextricables, exubérants mêlés de plantes urticantes, comme les mots jugeants, les mots acerbes, les mots blessants, piquants.

On récolte ce qu’on sème selon le vieil adage.

Aussi, avant de dire, d’écrire, est-il opportun de s’interroger sur le genre de graines que nous voulons voir fleurir dans les jardins de nos vies, dans cette société que nous décrions et que nous contribuons pourtant à bâtir à chaque instant, par nos mouvements d’humeurs autant que par notre distraction, notre inconséquence.

Être là, conscients, en paix avec nous-même, avec nos choix, afin d’offrir notre tranquille présence au monde.

Angélica Mary 

Photo – Gilbert Garcin

Pin It on Pinterest